AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les chroniks de Khalid - Chapitre 1 : le vrai chapitre 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khalid argh!
Nouvelle Ombre
Nouvelle Ombre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 54
Date d'inscription : 06/02/2009

MessageSujet: Les chroniks de Khalid - Chapitre 1 : le vrai chapitre 1   Mar 10 Fév - 2:33

Tiens, il fait encore gris ce matin…et les nuages sont lourds…La neige va surement tomber.
Encore et encore de la neige…Deux jours qu’ont est bloqués dans cette grotte…On nous avait dit que les Cimefroides étaient terribles, mais bon…tant qu’on n’y a pas mis un pied, on ne se rend pas compte.

Il fait froid…en continu…L’épais tapis blanc recouvre tout et on va encore en prendre une couche, si j’en crois ma météo intérieure. Tous les sons sont atténués, on a l’impression d’être seul au monde.

J’ai mal aux ailes, mon feu intérieur est de plus en plus faible...J’ai mal aux doigts, aux pieds...Le réveil a été des plus pénibles. Les braises étaient presque éteintes, heureusement que je me suis réveillé tôt, sinon on gelait carrément sur place…et les bêtes sauvages auraient pu nous bouffer. Tu parles d’un bon repas dans ces montagnes gelées !

Par contre, nous, on n’a presque plus rien à manger. Et lui, il dort…


Je ne l’ai jamais vu dormir comme cela…On dirait qu’il a atteint les limites de sa résistance…
Cela fait deux semaines qu’on marche dans ces montagnes…la carte ne nous sert presque plus à rien…On finit par avancer à l’instinct, on suit le chemin, celui qu’on croit être le bon…Mais on n’en sait rien…Le nain de Droknar nous a juste donné ce message et cette carte. Tu parles d’une promenade ! Mais pourquoi a-t-il accepté ! Quel ahuri ! Qu’est ce qu’il en a à foutre du roi Martelfer ! Bien sûr qu’on n’avait plus une pièce d’or en poche, mais bon…Ce n’est pas une raison pour risquer sa peau comme ça ! D’habitude c’est plus confortable, plus rapide aussi, même si on a toujours été aux limites de la mort…Mais pour lui, c’est quoi exactement la mort… ?


[/fontBon, je vais touiller un peu de ces racines pour nous faire un semblant de petit déjeuner…Me tenir près du feu ravivé est bon…Mais je sens qu’on va toucher le fond…Pauvres de nous…Pauvre de moi, petit lutin de feu qui ne demandait rien a personne…jusqu’à ce que je croise son chemin…Comment a-t’il pu m’embobiner ainsi ? Pourquoi me suis –je accroché à ses basques ?

Il ne venait de nulle part, il n’avait aucun but précis, hormis la mort et la destruction. C’était juste un tueur. Il paraissait n’avoir aucune émotion, survivre et retirer quelques pièces de ses maigres contrats étaient ses seules préoccupations. Avec un groupe de mercenaires il a massacré tous les tengus qui passaient à sa portée, puis les géants des neige qui ne voulaient pas les laisser passer…et ils nous sont tombé dessus à l’improviste…Nous étions sur leur route, forcémént on les gênait… Nos pauvres sorts ne nous ont guère aidé. Ils avaient la rage des désespérés, celle qui n’anime que ceux qui n’ont rien à perdre. Mon groupe a été laminé.

J’étais salement amoché, Il s’est approché, pour m’achever ais-je pensé, mais quand, par chance pour moi, il a levé son bâton et au lieu de me trucider et m’a dit « Je suis Khalid Aergolien, je n’ai rien contre toi car tu as l’air aussi perdu que moi, mais tu mourras, anéanti par mes pouvoirs de nécromant, si tu ne me donnes pas une raison valable de te laisser la vie sauve ». J’ai seulement réussi à répondre, dans un élan désespéré: « Connaissez-vous les bienfaits du thé à la menthe que les lanciers d’Elona savent préparer avant les batailles, Messire ? » J’ai pu lire sur son visage une lueur de surprise, et ai perçu l’esquisse d’un sourire au coin de ses lèvres austères. « Va pour le thé, lutin,, Elona m’a toujours fait rêver » me dit il…

Et tout commença ainsi. Pour le pire et pour le pire….Et malgré toutes nos différences et toute la crainte qu’il pouvait m’inspirer, moi, Schrinky le lutin de feu, j’ai suivi ce personnage hors du commun, aussi solitaire et libre que recherchant la fraternité et l’amitié, plein de ces contradictions qui mènent les hommes par le bout du nez…sans parler de son goût immodéré pour la population féminine de cette planète.


Je ne saurai dire pourquoi je l’ai suivi, et je ne me souviens pas qu’il m’ait demandé quoique ce soit, mais le lien qui s’est établi s’est matérialisé dès nos premières heures d’errance. Et chaque soir, près du feu qui réchauffait notre bivouac, il me parlait.

Au début, il n'avait pas de nom, ses parents l'ayant caché au monde pour sa sécurité...Ses parents n'étaient autres que Jaheira et Khalid Dupont, habitants des Royaumes oubliés, et aventuriers de profession. Ils travaillaient pour lun certain Gorion, qui étaient vraiment fier d’eux et on a pu entendre parler de leurs exploits dans la région de la Porte de Baldur . Exploits, certe, jusqu'à ce que Khalid le père se fasse buter après d’ignobles traitrises et d'infâmes tortures (dont une morbide tentative de transformation en champignon...) par un mage puissant et fourbe qui ne mérite pas d’être cité ici.

Heureusement, les parents de celui qui n'avait pas encore de nom avaient été prévoyants: connaissant les risques liés à leur profession de justiciers et attendant leur retraite pour s'occuper de leur seul et unique enfant, ils avaient décidé de le cacher...Loin, très loin des Royaumes oubliés.

Grands voyageurs et bons clients du marchand de chaussures local qui en plus leur donnaient de bons tuyaux, même s’il ne s’appelait pas Huggy, ils savaient que des amis rencontrés autrefois, des nains du pays de Rivellon, pourraient se charger de l'élever en toute discrétion.

Un beau matin, euh...non...il pleuvait un peu, enfin...juste un petit crachin, un peu comme dans les contrées de Britannia, (bien que certains disent qu’il y fait toujours beau) donc, ils emmenèrent le bébé chez ces nains gentils, donnant des consignes pour qu'il puisse être en sécurité: ne jamais appeler les parents au téléphone, même sur une ligne mobile sécurisée, ne jamais donner le code de sa carte bleue à un inconnu, ne pas se pencher à la fenêtre d'un train...mmm..bref..des consignes. Puis ils repartirent vers de nouvelles aventures, et pour le père...vers la mort.

Jaheira sa mère devint folle suite à cet évènement (déjà que...bon...elle n’était pas hyper en forme au niveau du cerveau...) et décida de raccrocher les crampons et ouvrir une pizzeria rapide, dans un petit patelin de province.

Elle envoya juste un message codé aux nains gardiens de sa tendre progéniture, contenant ces quelques mots: "Démerdez vous avec le mioche, je me casse"...un code, bien sûr, pour dire combien elle était désolée de les laisser choir (appareil au demeurant très utile pour les nains, vu leurs tignasses) avec ce fardeau sur les bras.

Ces nains, très sympas, s'occupèrent de celui qui n'avait pas encore de nom.

Tant qu'il était petit, ça allait encore, bien que maigrichon par rapport à ses protecteurs, mais quand il commença à grandir, le cacher devint un réel problème. De plus, les nains en avait marre qu'il n'ait pas de nom...ils ne savaient pas comment l'appeler...Les parents n’avaient donné aucune consigne là- dessus. Alors, « Machin fais ceci », « Truc tu veux bien aller chercher cela. »..Bon, ça va cinq minutes...mais c'est lassant, et également pour le môme, qui commençait à souffrir d’une forte crise d’identité.

Un jour, un vieux sage nain vint parler à celui qui…bref au futur Khalid (le jeune) et lui dit qu'il avait l'âge de savoir des choses...

Il lui raconta les hauts faits de ses parents, la mort tragique de son père, enfin d’après ce qu’il avait pu en entendre dire, et que non les garçons ne naissent pas dans les choux et les filles dans des roses…(révélation importante, soi dit en passant). Le jeune gars, empli de fierté et de désir de vengeance, prit alors la décision de prendre le prénom de son père...Par contre, le nom de Dupont lui posait un problème, suite à la lecture d'un album de Tintin, que les nains croyaient pourtant avoir suffisamment caché, ainsi qu’un ensemble de revues aux photos plutôt très suggestives, mettant en scène des…mais là n’est pas le propos.

Il pensa alors à la manière dont les gens ici l'appelaient le plus souvent...Comme il était grand, plus grand que les nains, ceux ci lui disaient tout le temps "t as l'air de rien" ,en référence à sa taille...Tout le monde sait que les nains se déchirent régulièrement la tronche à la bière, ce qui les fait marmonner dans leurs barbes…Alors le "t as l'air de rien" devenait plutôt dans ces moments imbibés "ta er gue lien" ou encore "taergolien...hips!". Alors le jeune Khalid se dit que s'il n'avait l'air de rien, il le ferait savoir au monde entier en s'appelant Aergolien, en langage nain bourré.

Les mois passant, notre jeune ami pris conscience qu'il ne reverrait jamais ses vrais parents (il n'était pas totalement abruti et s'était quand même rendu compte que le couple de nains, bien que très gentils avec lui, n'étaient pas ses vrais parents, d'une part parce qu'ils portaient tous les deux une grosse barbe (!) ...et que lui même n'avait aucune affinité avec ce breuvage terrible appelé bière des nains, qui fait des ravages sous les casques, à forte dose).

Il tomba en dépression, refusant de sortir, mangeant très peu, d'où son teint plutôt gris et sa maigreur qui finirent par lui coller à la peau.

Ses 18 ans arrivant, il ne savait que faire :: soit devenir pigiste à l'Equipe (section commentaires de matchs de beach volley féminins ? tiens tiens comme par hasard…) soit parcourir le monde pour venger la mort de son père (sa mère ayant essayé, malgré le triste état de ses neurones, de l’en empêcher, en lui envoyant par la poste des pizzas qui arrivaient forcément toutes moisies, vu les délais de livraison, (mais aussi il faut comprendre qu’à force de compresser le personnel, même les chevaux ne suivent plus) avant de sombrer totalement dans la folie en regardant Questions pour un champion en boucle).

Après un longue période de réflexion, à s'en taper la tête contre les murs, tellement le choix était draconien (d'ailleurs il en a gardé une cicatrice au front...), il décida de partir. Enfin, non, c’est plutôt qu’il se fit foutre dehors par les nains, tellement il était devenu chiant à vouloir toujours regarder le beach volley à la télé, les yeux à deux centimètres de l'écran pour voir les shorts des joueuses, et que personne ne pouvait plus rien voir, merde! pousse toi un peu!

Il se retrouva donc sur la route, avec son petit baluchon et quelques choco BN, cherchant une piste qui pourrait le mener vers l'assassin de son père. Il finit par en trouver une, définitive d'ailleurs, chez le marchand de journaux d'un petit village, où il vit ce titre en gros dans l'Equipe (encore? il te paye la pub ou quoi?): "Equipe Baldur's gate: 1 - Seigneur du Chaos: 0. Vive Gorion qui peut remplacer Deschamps les doigts dans le nez à Monaco)...

La signification de cette nouvelle était terrible : sa vengeance lui avait été volée par une bande de SDF armés jusqu'aux dents, il perdait son but dans la vie. (non! je ne fais pas de la pub pour But non plus!). Complètement anéanti, et refusant même l’alternative qui aurait pu consister à mater des meufs s’exciter sur du sable en petite tenue, il s’élança à l’aveuglette sur le premier chemin venu, sans se soucier des panneaux de direction.


C'est alors qu'aux fins fonds d'une forêt sombre (ambiance...) il tombi, tombu, tomba sur une cabane abandonnée, enfin ...vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les chroniks de Khalid - Chapitre 1 : le vrai chapitre 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre I- Chapitre 3 : Erik L'Homme
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancien tout à trier pour remettre en état :: Observatoire de Verseblanc :: Les Chroniques du Barde imbibé dansant au coin du feu ! :: Chroniks de Khalid !-
Sauter vers: